La bêtise des artistes à Bafoussam(l’ouest en général) 1ere partie

Cet article est le premier d’une longue série qui sera consacré à exposer les problèmes qui minent le show bizz à l’ouest mais également à trouver des solutions pour faite éclore une communauté artistique forte à l’ouest Cameroun…. Bonne lecture

Bafoussam est une vraie mine d’or en terme d’artistes musiciens.
Ici vous trouverez des jeunes, adultes et vieux musiciens au talent d’or avec du flow très lourd, des textes poignants et remplis de messages sensibilisateurs, le tout dans un rythme très enlevé qui à coup sûr vous fera secouer la tête, bouger votre pied au sol ou tout simplement vous pousser à vous lever afin d’esquisser quelques pas de danse.
Là, c’est pour une certaine catégorie que nous félicitons d’abord.

De l’autre côté il y’a une autre catégorie, qui est nulle à chier – permettez l’expression – n’ayant aucun rythme, aucun style, rien dans les textes ,champion du copier-coller mais qui vous dira: « je ne fais pas comme tel, c’est mon inspiration, mon style à moi (style dont il ne connait pas le nom, et qu’il est par conséquent incapable de définir)… Il me manque les qualificatifs pour mieux les décrire, mais c’est pas grave vous avez compris l’essentiel. Cette catégorie qui est malheureusement la plus grande et celle qui freine le développement de l’industrie musicale dans la troisième ville du Cameroun. Oui c’est vous les nuls à chier qui donnez du fil à retordre à tout le monde, qui vous prenez la tête partout, qui insultez tout le monde, qui dites que les médias et les animateurs de Bafoussam ne peuvent pas avoir d’impact sur vos carrières…(pourquoi? Je ne sais pas trop.
C’est toujours cette même catégorie qui est prête à tout pour atteindre la gloire, le sommet, je dis bien tout. Ce sont eux qui estiment que le showbiz est mort à Bafoussam et qu’il faut aller ailleurs se chercher. Une fois arrivé là-bas, la réalité est tout autre chose mais la honte va les empêcher de retourner au bercail. Ils vont vous montrer leur amour incontournable pour Bafoussam lorsqu’ils constatent qu’à Douala, Yaoundé, on enregistre pas les sons à 15000fcfa.

Ces deux catégories ont un problème commun. Parceque même ceux qui ne chantent souvent rien de bon sont au sommet par la magie de la communication

Par Ives Ismaël Mefack

Publicités

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.